• Même quand il gèle !

     

    Pourquoi attendre quand les premiers rayons de soleil donnent des fourmis dans les pieds ?

    Pourquoi ne pas attraper ses godillots, son sac à dos, son bourdon et sa coquille, et s'en aller sur le chemin ?

    Même dans le froid !


    Après tout, pourquoi pas ?

    Seulement voilà, chaque matin voici ce que l'on risque de trouver :

    Gelée blanche


    Et oui, il peut geler jusqu'au 25 mai, ce sont les Saints de glace du calendrier grégorien :

    •   11 mai  St Mamert
    •   12 mai  St Pancrace
    •   13 mai  St Servais
    •   25 mai  St Urbain

    Les astrophysiciens nous expliquent que vers mi-mai, l'orbite de la Terre traverse une zone de l'espace chargée de poussières qui réduisent les effets du soleil et donc font sérieusement baisser la température.


    Tout ceci est bien intéressant, me direz-vous, mais comment pérégriner confortablement lorsqu'il fait froid ?

    Pour marcher, n'oubliez pas la fameuse technique des 3 couches, l'article spécial est ICI.

    Cette technique est aussi valable pour le haut que pour le bas, je m'explique.

    •  Pour le haut, un tee shirt, une polaire, une parka
    •  Pour le bas, un caleçon long, un pantalon, un pantalon de pluie

     

    Petit problème, lorsqu'on part "hors saison", beaucoup de gîtes en France sont fermés et il n'y a pas toujours de familles qui reçoivent des pèlerins Donativo. De plus, si on est étudiant, on n'est pas forcément très argenté, la solution est donc de partir en autonomie, ce qui veut dire CAMPER !

     

    Même dans le froid !


    Camper alors qu'il gèle, qu'il pleuve, qu'il vente, quelle horreur !

    Mais non, mais non, il suffit juste de bien s'y prendre. excepté si vous avez affaire à une tempête, la sécurité exige alors de trouver un abri sûr.


    La tente :

    Choisir de préférence une tente ultra légère pour ne pas rajouter trop de poids, avec un tapis de sol et une double paroi légère, type moustiquaire pour éviter la condensation.

    Un matelas léger permettra de ne pas se faire mal au dos sur les cailloux, mais surtout, s'isoler du sol protège du froid. C'est pourquoi il peut être judicieux d’étaler sa couverture de survie sous le matelas. Un petit lit de fougère peut également être une bonne idée.

    Éviter tout apport d’air froid dans la tente mais il faut quand même pouvoir respirer… Les toiles à pourrir (bas de la tente en «plastique» ) de la tente doivent être rentrées sous le tapis de sol, mais pas s'il pleut, l'eau rentrerait dans la tente. Les portes doivent être bien fermées.

    Pour dormir :

    Se changer ENTIÈREMENT ! Rien de pire pour attraper froid que de garder sur le dos un truc humide dans lequel on a transpiré toute la journée.

    Mettre un bonnet et des chaussettes, la sensation de froid arrive plus vite et principalement par les extrémités. Avec la tête couverte on gagne plus de 40% de chaleur.

    Mettre un sac de soie dans le duvet avant de s'y glisser. C'est toujours la même technique, c’est l’air entre les différentes couches qui isole le plus du froid. Il est donc préférable de mettre plusieurs petites couches qu’une très épaisse.
    En cas de grand froid on peut rajouter un sac de polaire entre la soie et le duvet.

    Bien serrer la capuche du duvet pour éviter les petits vents coulis.


    En cas de grand froid, on peut allumer une bougie  protégée dans un pot en verre ou une boîte de conserve, le temps de se changer pour réchauffer l’air de la tente. Il faut veiller à bien l’éteindre avant de dormir et surtout faire très attention parce que la polaire, et autres matières synthétiques qui constituent les duvets sont très sensibles à la chaleur.


    Pour résumer, le grand ennemi est l'humidité et il vaut mieux plusieurs couches minces plutôt qu'une seule grosse couche.

     

    Et un grand merci à mes petites filles scouts qui campent été comme hiver et ont généreusement partagé avec moi tous leurs tuyaux.

    Scouts

     

     

     

    Enregistrer