• J32 /1. Gijon. Aviles. 27 km 569 km en tout

     Samedi 4 août 2018

    Nuit épouvantable ! Comment vous la décrire ?

    Symphonie en trois mouvements :

    Premier mouvement, de lentano à forte, duo de ronflements  

    Deuxième mouvement, forte accelerato, aboiements d'un chien en furie. 

    Troisième mouvement, vibrato perpétuel de moustiques dévorants. 

    A 4h30 je n'en peux plus du tout. Après réflexion (ça fait déjà plus d'une demi heure) je me dis que la traversée de la ville durera bien 2h00 jusqu'au lever du jour. D'ici là les lumières de la ville seront présentes.

    Ni une, ni deux, ma décision est prise. Je sors mes affaires du dortoir sans bruit, je boucle mon sac et chose exceptionnelle, à 5h00 je suis partie.

     

    Attention mesdames et messieurs, je vous présente le grand  le seul l'unique, la star internationale des arènes, le super grand torero. 

    Gijon

    L'ancien et le moderne. 

    Gijon

    Tigre rugissant. 

    Gijon

    Comprenez-vous pourquoi au moins 75% des marcheurs vont faire de 10 à 15 km minimum du chemin en train ou en bus ! Y compris mon pote le géant viking islandais qui vit à Londres. Au moins il ne le fait pas en douce, "pour mon premier jour arrivé sur le chemin ça suffira."

    Gijon

    Je croyais que c'était des conduites d'eau, que nenni, c'est du gaz les amis.

    Gijon. Aviles

    Puis-je vous dire que je trouve cela à la fois terrifiant et sublime, cela m'a tout à fait un air à la Zola. 

    Gijon. Aviles

    Mini falaise en bord de route. 

    Gijon. Aviles

    Ouf ! Plus d'usines nauséabonde, plus de route, juste un petit chemin de campagne sans prêtention.

    Gijon. Aviles

    Dire que j'ai fait un détour pour aller voir un dolmen et je n'ai pas vu de dolmen. Seulement des tumulus funéraires. C'est déjà ça me direz-vous, oui mais moi je voulais voir un dolmen, j'ai fait un grand tour "exeuprès" pour ça. Na !

    Gijon. Aviles

    Je suis presque à la croisée où je retrouve le chemin officiel quand j'aperçois un immense escogriffe qui me fait de grands signes. C'est mon viking d'islandais qui m'a reconnue et qui est tout heureux de retrouver la première personne avec qui il a un peu lier connaissance hier soir. Ce sont des choses qui comptent sur le chemin, surtout pour un premier jour.

    Après un ou deux kilomètres, ses grandes jambes reprennent leur rythme, mes petites jambes gardent le leur. Asta luego compagnero. 

    Gijon. Aviles

     

    « J31 /2. Peon. GijonJ32 /2 . Gijon. Aviles »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :